extrémisme

/extrémisme
extrémisme 2017-03-20T20:37:02+00:00
INSCRIPTION

L’extrémisme de droite est-il un extrémisme religieux ?

JEUDI 11h à 12h30 – Salle Anne-Hébert

L’extrémisme religieux n’est pas un phénomène récent, même s’il se présente aujourd’hui sous des traits relativement nouveaux. La religion a toujours suscité des positions extrêmes en temps de crise sociale et politique, et notre époque semble tout à fait remarquable à cet égard. Notre intention dans cette conférence est d’analyser, de comprendre et de définir l’extrémisme religieux, autant comme force de «destruction extrême» que comme force de «construction extrême». En fait, ce qu’il y a de nouveau aujourd’hui, c’est la globalisation des mouvements extrémistes religieux comme modèles de résistance à la société civile et la polarisation grandissante du discours sur la religion dans la société québécoise. Nous discuterons des facteurs sociaux qui rendent cette polarisation possible dans la société québécoise et occidentale et nous allons établir pourquoi l’extrémisme de droite possède des bases religieuses.

Conférencier : Martin Geoffroy

Bio: Directeur du CEFIR, Professeur en sociologie, Cégep Édouard-Montpetit

Martin Geoffroy est professeur en sociologie au cégep Édouard-Montpetit depuis 2013. Il est détenteur d’un doctorat et d’une maîtrise en sociologie de l’Université de Montréal et d’un baccalauréat en communication de l’UQÀM. Sa thèse de doctorat avait pour thème l’intégrisme catholique au Québec. Il est l’auteur de plus de 20 articles et chapitres de livres arbitrés et il a codirigé cinq numéros spéciaux de revues arbitrées et trois livres. Reconnu par ses pairs à l’international comme spécialiste des religions et des intégrismes religieux, il a été chercheur post-doctoral (FQRSC) à la Fordham University à New York en 2003-2004 où il a effectué un projet de recherche sur le fondamentalisme protestant américain. Il a été professeur adjoint en sociologie au Collège universitaire de Saint-Boniface (2004-2006) et à l’Université de Moncton (2006-2009). Il possède donc une expertise reconnue en matière d’intégrisme religieux chrétien et de radicalisation